Les enseignants peuvent aussi travailler en flexi-job

L'expression "flexi-job" est très populaire de nos jours et n'a rien de nouveau. Mais que signifie exactement ce terme ? Pour pouvoir travailler en tant que flexi-jobber, vous devez pouvoir prouver que vous avez travaillé pour un autre employeur pendant au moins 4/5 des trois trimestres précédents.

L'année dernière, plus de 2 000 enseignants ont eu recours au fameux "flexi-job". Pour les enseignants titulaires, il n'y a jamais eu de problème. Ils ont toujours pu travailler dans le secteur de la restauration tout au long de l'année, car ils reçoivent également leur salaire pendant les vacances d'été. Mais pour les enseignants non titulaires ou contractuels, les choses étaient différentes jusqu'à l'année dernière.

Enseignants sous contrat

Jusqu'à l'année dernière, les enseignants sous contrat ne pouvaient gagner qu'un montant limité de revenu supplémentaire grâce à un flexi-job. Pendant les mois de juillet et d'août, ils ne perçoivent pas de salaire, mais ils reçoivent une allocation de chômage, ce qui signifie qu'ils sont officiellement considérés comme des chômeurs. Les mois d'été sont donc couverts par des salaires différés. Par conséquent, ils ne remplissent pas les conditions d'un flexi-jobber et ne pourraient donc pas travailler pendant le deuxième trimestre de l'année suivante.

Ainsi, malgré l'allocation qu'ils reçoivent pendant les mois d'été, ils ne sont pas autorisés à travailler avec le statut de flexi-jobber pendant les mois d'avril, mai et juin. C'était un coup dur pour les enseignants contractuels, car ils ont du temps libre pendant les vacances de Pâques pour rattraper leur retard. Le reste de l'année, pendant les mois d'été ou le week-end, par exemple, ils peuvent effectuer un travail supplémentaire grâce au statut flexi.

Depuis le 1er janvier 2018, les enseignants ne sont plus désavantagés et peuvent bénéficier des avantages d'un flexi-job toute l'année. La ministre des Affaires sociales Maggie De Block (Open VLD) a estimé qu'il était grand temps de revoir le système afin qu'ils puissent eux aussi gagner un montant illimité de revenus supplémentaires tout au long de l'année, sans avoir à payer d'impôts dessus. C'est pourquoi le salaire différé est assimilé à la performance au cours des trois trimestres précédents.

Le nouveau système n'est pas seulement à l'avantage des enseignants non permanents. Il est également plus avantageux pour les employeurs car la contribution de l'employeur n'est que de 25%.

Cette correction a été effectuée en même temps que la double expansion des emplois flexibles. À partir du 1er janvier 2018, les retraités pourront également travailler dans le cadre d'un emploi flexible et les flexi-jobbers pourront également travailler dans le secteur du commerce de détail. 2018 est clairement l'année du flexi-jobber !

Et ne vous inquiétez pas, car depuis cette année, un emploi flexible n'est pas seulement possible dans le secteur de la restauration, mais aussi dans les secteurs suivants : boulangeries, commerce de détail alimentaire, moyennes entreprises alimentaires et grandes surfaces. En outre, également dans les grands magasins, la coiffure et les soins de beauté.

Vous êtes enseignant et vous souhaitez travailler dans le cadre du statut flexi ? N'oubliez pas de télécharger l'application NOWJOBS pour connaître les offres d'emploi dans votre région.